News en bref

Congo Airways pourrait de nouveau desservir la ligne de Mbuji-Mayi d’ici fin février; FlyCAA réceptionne un Airbus A321 pour l’exploitation des lignes domestiques; Un Airbus A320 de Congo Airways transporte des supporters congolais au Rwanda pour le CHAN 2016; des travaux majeurs prévus pour 2017à l’aéroport de MbujiMayi, Congo Airways prepare la sesserte de la ville de Mbandaka>

Thursday, February 15, 2018

RDC: FlyDubai arrive a compter du mois d'Avril

Photo copyrighted
La compagnie aérienne low cost Flydubai lancera au printemps une nouvelle liaison entre Dubaï et Kinshasa, devenant le premier transporteur des Emirats Arabes Unis à desservir la République démocratique du Congo.
A partir du 15 avril 2018, la spécialiste émiratie du vol pas cher proposera un vol quotidien entre sa base à Dubaï International et l’aéroport de Kinshasa-N’djili, opéré en Boeing 737-800 pouvant accueillir 12 passagers en classe Affaires et 162 en Economie. Les départs sont programmés à 8h00 pour arriver à 12h20 à Entebbe, en repartir à 13h20 et se poser à 14h20 ; les vols retour quitteront la RDC à 15h20 pour arriver à 20h15 en Ouganda, d’où ils repartiront à 21h15 pour atterrir le lendemain à 3h45 (durée de vol moyenne 9h20). Les vols vers Entebbe passeront dans le même temps de 4 à 11 rotations hebdomadaires.

Flydubai sera sans concurrence sur cette route, aucune compagnie du Golfe ne desservant Kinshasa ; pas de concurrence non plus entre Kinshasa et Entebbe, que sa partenaire Emirates Airlines dessert également depuis Dubaï. Le PDG de la low cost Ghaith Al Ghaith a déclaré dans un communiqué : « L’Afrique émerge rapidement comme l’un des plus importants marchés pour les Émirats Arabes Unis, et nous avons constaté un renforcement de nos relations commerciales au cours des dernières années. Grâce à la proximité avec le continent et à la demande croissante de davantage de liaisons directes vers l’Afrique, nous percevons ce nouveau service vers Kinshasa comme jouant un rôle déterminant dans le soutien de la croissance des flux de commerce et de tourisme dans les années à venir ». Le nombre de sociétés africaines enregistrées auprès de la Chambre de Dubaï « a dépassé les 12.000 en 2017, ce qui prouve une coopération accrue et une opportunité entre les deux côtés », a ajouté Sudhir Sreedharan, VP senior des opérations commerciales (GCC, Sous-continent et Afrique).

Lire le texte complet sur air-journal


Sunday, January 28, 2018

Congo-Kinshasa: Bientôt de nouvelles aérogares à N'djili et Luano

Initiallement publie le 14 Dec 2017 dans le Phare
______________________________________
Copyrighted picture to its author
Opérationnels avec des aérogares provisoires, les aéroports internationaux de N'Djili, à Kinshasa, et de la Luano, à Lubumbashi, seront très prochainement dotés des infrastructures dignes d'un pays moderne et conformes aux standards internationaux. Confirmation faite hier mercredi 13 décembre 2017 par le Directeur Général de la Régie des Voies Aériennes(RVA), Bilenge Abdala, à la suite d'une séance de travail qui s'est tenue dans la salle des réunions de la RVA située dans la nouvelle Tour de contrôle, avec une délégation de la société Exim Bank of China.

Se confiant à la presse, Bilenge Abdala a exprimé sa satisfaction d'avoir présidé cette réunion d'une grande envergure pour le développement de la République Démocratique du Congo en matière d'aviation. Rencontre qui devrait accélérer la mise en œuvre du projet de construction des aérogares définitives dans les villes Kinshasa et Lubumbashi.

Monday, January 15, 2018

Évaluation à mi-parcours de la mission d’audit  de l’OACI  sur la sécurité aérienne en RDC

Initiallement publie le 20 Novembre 2017 par ACP Congo
Le vice-Premier ministre, ministre des Transports et voies de communications, José Makila Sumanda, a présidé lundi à Kinshasa, une séance de travail axée sur l’évaluation  à mi-parcours de la mission d’audit des experts de l’Organisation internationale de l’aviation civile (OACI), venue inspecter les infrastructures aéroportuaires de la RDC et auditer les services ainsi que  les prestations intervenant dans le secteur de transport aérien congolais. 
Cette séance de travail a réuni les responsables  de l’Aviation civile de la RDC (AAC) et  ceux de la Régie des voies aériennes (RVA) en vue de trouver des réponses aux observations formulées par les auditeurs de l’OACI  sur la sécurité aérienne.  
La mission d’audit des inspecteurs de l’OACI a relevé quelques écueils notamment quelques dysfonctionnements dans les prestations des services offerts à la population congolaise et des services intervenant dans le secteur aérien congolais qui nécessitent une correction urgente et rapide. 

Friday, January 5, 2018

Des experts de l’IATA en mission d’audit de certification en RDC

Initiallement publié le 19 Sep 2017 sur ACPCongo
 
Une délégation d’experts de l’Association internationale de transport aérien (IATA) a effectué depuis le Lundi 18 Septembre dernier à Kinshasa une mission d’audit de certification « IOSA », a appris mercredi l’ACP d’une source proche de la compagnie aérienne nationale Congo Airways.
La mission qui court du 18 au 22 septembre 2017, porte sur la sécurité opérationnelle de l’IATA, souligne la source qui indique qu’au terme de la mission, un rapport des experts de cette organisation internationale sera rendu public.
La source a laissé entendre que cette mission fait suite aux recommandations de l’OACI (Organisation de l’Aviation Civile Internationale) visant à faire sortir la RDC de la liste noire de l’Union Européenne. Cette dernière organisation, indique-t-on, encourage le gouvernement à continuer à déployer des efforts pour son retrait de la liste noire ainsi que des sociétés aériennes opérant sur son territoire.
La RDC dispose d’un espace aérien important en Afrique et enregistre un trafic aérien capable d’attirer beaucoup des sociétés de la planète au cas où les opérations de transport aérien deviennent conformes aux normes en la matière.
 L’IATA en partenariat avec les experts de l’Aviation civile congolaise avaient procédé en 2014 à la certification des sociétés aériennes opérants en RDC, rappelle-t-on.
 

Tuesday, January 2, 2018

Congo Airways : Désiré Balazire a foi en l’avenir de la compagnie aérienne

Initiallement publie le 07 Novembre 2017

À 55 ans, Désiré Balazire Bantu a le profil d’un manager expérimenté. C’est à lui que le gouvernement a fait appel pour redresser Congo Airways qui avait pris un mauvais décollage. Aujourd’hui, il se dit confiant en l’avenir. Son expérience de trente ans dans la gestion financière, l’audit et la gestion stratégique d’entreprises a pèse dans son plan de redressement.
Mining &Business : Comment le personnel a-t-il accueilli les mesures drastiques prises par l’employeur, visant notamment la réduction des salaires de 17 % ?
Désiré Balazire : J’ai parlé avec toutes les catégories d’agents et les cadres. J’ai leur ai donné des exemples à travers le monde, en leur montrant que certains pays ont fait le choix de donner de gros salaires mais sans assurance d’un travail de longue durée, tandis que d’autres payent des salaires décents et gardent les travailleurs longtemps. Face à la situation de leur société, nos agents devaient faire un choix et consentir des sacrifices. Ils ont accueilli favorablement la mesure de réduire les charges de l’entreprise, dont les salaires, pour qu’ensemble nous puissions bâtir la société.

Lire la suite sur MiningBusiness

Wednesday, December 27, 2017

RDC: Le capital social de Congo Airways s’est augmenté à 117 millions USD en deux ans.

Le capital social de Congo Airways s’est augmenté passant de 75 millions USD à sa création à 117 millions USD en deux ans d’existence de cette compagnie aérienne nationale, a indiqué samedi, à Kinshasa, le directeur général de cette entreprise, Désire Balazire, à l’occasion de la célébration de deux ans de l’existence. 

 Selon M. Balazire, la compagnie Congo Airways a démarré l’exploitation en 2015 avec deux aéronefs Air bus 320 dont l’un est baptisé Patrice Emeri Lumumba et l’autre Laurent désire kabila. Elle est née de la volonté du Président de la République de doter le pays d’une société nationale digne de nom et capable de désenclaver l’ensemble du territoire national en transport aérien.  Actuellement, a-t-il dit, sa flotte est de cinq aéronefs dont deux Air bus et deux Bombardiers, tous achetés en fonds propre du gouvernement et un Boeing acquis en learsing (en location).